Article : Tampon rond ou carré ?

Contrairement à ce qu’on pourrait supposer, il n’existe pas de formalisme bien défini pour la traduction assermentée. La procédure habituelle est que les experts doivent « apposer leur tampon, signature et numéro d’enregistrement » sur leur traduction, mais aucune normalisation ne vient s’ajouter à cette consigne qui demeure relativement floue.

Certains points ne font pas doute :

- un expert doit avoir un tampon, mais rien ne précise si ce tampon doit être ovale ou triangulaire, ni la couleur de l’encre, ni ce qu’il doit contenir exactement (le nom, les langues, la Cour d’Appel de nomination, l’adresse, le courriel…)

- un expert doit se doter d’un système de numérotation (1,2,3, … ou 2020-001, 2020-002, … ou BZ31, PR24, …). La seule chose qui importe est que le même expert n’utilise pas deux fois le même numéro (y compris pour des documents différents du même client). Ce numéro, reporté sur la traduction et l'original, est la seule preuve que « ceci » est la traduction de « cela » ... et pas d’autre chose.

- un expert doit tamponner, signer et numéroter sa traduction et le document source.

Mais pour d’autres rien n’a été évoqué :

- utilisation de papier à entête

- mention d’assermentation, ou formule ajouté au pied de la traduction attestant de sa réalisation par l’expert signataire, qui peut être rédigée dans la langue cible, la langue source ou les deux (la mention d’assermentation est souvent nécessaire en langue cible pour les traductions envoyées dans des pays anglo-saxons).

- formule "Ne varietur", rentré dans les mœurs bien que cela puisse paraître superfétatoire. Une traduction assermentée se devant de respecter strictement le texte d’origine elle est par définition "sans modification".

- mise en forme similaire à l’original : effectué par la plupart des experts car facilite beaucoup la lecture comparée de la traduction et de sa source. Parfois pénible pour des tableaux complexes de type « feuille d’imposition ».

Nous avons mis en place un sondage Format physique des traductions assermentées afin de recueillir les pratiques quotidiennes de la majorité, et pouvoir proposer une norme.

Illustration de l'article : Chevallier et Laspales "Le Train pour Pau" 1988.


Les commentaires sont réservés aux abonnés