Article : ETI : Regroupez-vous !

1 - Pourquoi se regrouper ?

Les médecins - qui ont pourtant la grande chance que leur activité soit parfaitement défendue contre toute tentative d’usurpation - sont regroupés à 61 % en « cabinets médicaux », pour limiter les frais de structure et rationaliser leur activité.

L’intérêt est d’autant plus grand pour les experts traducteurs qui font face à la pression externe d’intermédiaires commerciaux. Cependant, leur taux de regroupement est actuellement très bas.

2 - Avec qui se regrouper ?

Avec d’autres experts traducteurs géographiquement proches et traitant des langues différentes est le plus naturel. Vous avez ainsi des besoins identiques et aucun souci de concurrence interne à gérer.

Il est souhaitable que tous les membres partagent des objectifs similaires ou proches. L’association d’un expert de 35 ans qui veut développer son activité, et d’un autre de 65 ans qui considère sa fonction comme principalement honorifique et a surtout envie de profiter de ses petits-enfants, ne serait pas le plus simple à coordonner.

3 - Autour de quoi se regrouper ?

Une dénomination commerciale commune est le premier aspect. Si vous êtes Montilien, « Cabinet de Traduction Assermenté de Montélimar » semble excellent. En tout cas, optez pour une dénomination sobre et descriptive.

Le second élément est certainement le site internet, élément clé du succès en ce 21eme siècle. Un site internet pour 3 ou 10 experts ne coute pas plus cher que pour un seul. Il aura d’autant plus d’impact s’il couvre un grand nombre de langues. Et vous aurez plus de choses à dire, ce qui est aussi un élément important, un site web efficace se devant d’avoir un contenu rédactionnel. Coûts divisés, notoriété amplifiée : le site internet commun n’a que des avantages.

La troisième possibilité optionnelle c’est un local. Tous les experts sont à peu près dans la même situation : ils sont contents de travailler chez eux, mais parfois aimeraient bien séparer leur vie professionnelle de leur vie familiale. Le local commercial implique de s’accorder sur un choix de location, quelques investissements initiaux de mobilier, les dépenses périodiques que représentent le loyer et les charges, et d’organiser les permanences entre les membres. Ce peut être simple ou pas, selon les situations et les personnalités en présence. Mais si vous y arrivez, vous obtiendrez une efficacité et des économies conséquentes.

La dernière option est celle des investissements publicitaires, souvent rendue nécessaire car les agences y ont fortement recours, et d’un secrétariat commun à partir d’un certain nombre d’experts.

4 - Se regrouper dans quelle structure ?

L’accord qui lie les membres du groupement devra forcément être matérialisé par une structure qui en définie les limites et responsabilités. Monter un GIE ou faire de simples sous-seings privés, tout est possible selon vos objectifs.

Quel que soit le montage, prévoyez dès le début le départ ou la défaillance d’un des membres. N’éludez pas l’éternel choix, quasi philosophique, entre autogestion (dont les « réunions de copropriétaires » sont souvent la pire des caricatures) et leadership contrôlé, avec toutes les variantes intermédiaires comme la présidence tournante.

Il n’y a pas de formule magique garantissant à la fois efficacité et démocratie, tout dépend des synergies du groupe. Un conseil juridique est souvent utile pour arriver à faire les bons choix.

5 - Pour poursuivre.

L’UETI se propose d’ouvrir ses colonnes à tout groupement d’experts traducteurs, petit ou grand, voulant exposer son histoire, ses choix, ses réussites et ses difficultés. Ce partage d’expérience les aidera à mieux se faire connaître, et permettra à la grande majorité des experts solitaires de choisir son avenir.

Pour des raisons déontologiques évidentes, cette offre ne concerne pas les cas hybrides à mi-chemin entre « cabinet d’experts » et « agence commerciale ». Le distinguo est simple : le groupement ne doit proposer ses services que dans les langues des experts qui le compose, la sous-traitance doit être proscrite.

Contactez-nous sur ueti.org@gmail.com


Les commentaires sont réservés aux abonnés