Article : L'arlésienne de l'annuaire national

1 Comments

Nous sommes dans le siecle de la mondialisation. L'information, les échanges économiques, les partenariats universitaires entre pays, les flux migratoires, ... sont incessants. Les besoins en traductions assermentées augmentent en proportion.

Ces traductions assermentées sont vitales pour l'aboutissement des démarches, mais il demeure toujours aussi difficile de trouver un expert officiel.

En effet, les listes officielles sont d’abord peu faciles à trouver sur les sites des Cour d’Appel et de la Cour de Cassation, car elles sont mal indexées par les moteurs de recherche. Et surtout elles présentent un aspect hétérogène et sont bien difficiles à consulter.

De plus, ces faiblesses ont été exploitées par certaines agences qui présentent des annuaires tronqués (sans adresses mails) afin d’appâter l’internaute et l’orienter sournoisement vers une prestation de sous-traitance.

Il faudrait simplement que l'administration fixe une liste des langues, un format de saisie des informations sur les experts, et l'impose aux 36 Cours d'Appel.

L'agrégat dans une base de donnée globale prendrait moins d'une journée et la création d'un formulaire de recherche sur internet guère plus. Il n’y aura plus qu’à l’héberger sur un des nombreux sites web de l’administration, et à demander à toutes les municipalités, Cour d’Appel, … de mettre un lien dessus, pour que les moteurs de recherche hissent cet annuaire à la première place des résultats en moins d’un mois.

L’Administration disposerait en plus de statistiques nationales, tant sur la répartition des experts par langues et départements, que sur la répartition de la demande (tout simplement en comptabilisant les recherches par langues), ce qui participerait à la cohérence du nombre de nominations par région et par langue.

Il n’y a aucun problème de volumétrie. Le nombre d’experts traducteurs est de l’ordre de 5 000, et les consultants seraient quelques centaines par jour, ce qui est très peu en terme informatique. Le seul problème est la disparité des saisies actuelles.


Les commentaires sont réservés aux abonnés