Article : Une mission de rêve

Les arnaqueurs sévissent dans tous les secteurs d'activité. Ils choisissent même de cibler certains domaines où on ne les attendraient pas, ce qui est exactement ce qu'ils recherchent.

Phase 1 : la mise en confiance.

Vous recevez une demande de disponibilité pour une mission de rêve ! Typiquement un interprétariat de quelques jours dans un pays étranger quelconque (selon votre langue d'assermentation). Quelque chose qui présente bien, négociation commerciale par exemple. Tout frais payés, avion hotel, possibilité de décaler le trajet retour pour profiter un peu d'être sur place. On vous propose directement un prix confortable, on s'inquiète juste de votre disponibilité.

Vous vous précipitez et c'est bien normal, ce n'est pas tous les jours qu'on a une si belle demande. Suivront quelques échanges de mail ou de coups de téléphone sur des sujets d'organisation du déplacement qui achèveront de vous convaincre que le client est une personne importante, toujours pressé vu ses grandes responsabilités, mais absolument charmant.

Phase 2 : on passe à la caisse.

Et dans tous ces agréables prémisses, soudain un petit grain de sable va s'insérer. Ce peut être relatif à l'agence de voyage qui fait les réservations ou n'importe quoi de connexe à la mission. Toujours est il que ce "tiers de confiance" a soudain un problème administratif, que le client est temporairement à l'autre bout du monde, et qu'on vous demande de décoincer la situation en faisant ... un petit transfert d'argent, infiniment plus modeste que ce qu'on vous a fait miroiter.

Je n'en dis pas plus, vous avez compris. Prenez les devis "trop beaux pour être vrais" pour ce qu'ils sont. Répondez tout de même, on ne sait jamais... mais gardez un oeil ouvert. Et si soudain le petit incident de la phase 2 survient, ouvrez votre deuxième oeil et ne transférez jamais le moindre centime.

Illustration de l'article : Paul Newman dans "l'arnaqueur" (The Hustler) - 1961.


Les commentaires sont réservés aux abonnés