Article : Prêt de tampon, comment ça marche ?

1 Comments

Cette malversation n’existe que par la présence d’intermédiaires commerciaux sur le secteur de la traduction assermentée. Nous vous racontons tout et lançons également un sondage pour quantifier les choses.

Dans les faits, un commercial approche un expert en lui proposant d’abord "d’intégrer l’équipe de l’agence". Il s'agit bien entendu de sous-traitance, pas de salariat. Puis, une fois l’expert en confiance, on lui propose , "afin de faciliter la procédure de remise des traductions", de prêter son tampon ou de laisser des feuilles vierges pré-signées et pré-tamponnées.

Mais la réalité est tout autre. Ces agences profitent de cette mise à disposition et prennent des commandes en assermenté qu’elles font réaliser à bas prix dans des pays forts lointains où le mot traduit est facturé environ 4 à 6 centimes, et qu’elles impriment ensuite sur les feuilles pré-assermentées.

Est-il besoin de le préciser, tout cela est illégal. L’expert est au minimum à la merci d’un contre-sens du « traducteur à 4-6 centimes du mot » dont il sera officiellement responsable. Il y a également des risques élevés de radiation, le serment de l’expert incluant « de n’assermenter que ce que l’on a personnellement traduit ».

Un premier cas m'avait été rapporté il y a quelques années : une stagiaire dans une agence de traduction parisienne (avec une adresse prestigieuse) , effarée qu'on lui fasse faire des relectures dans une langue qu'elle ne maîtrisait guère, et choquée qu'on lui demande d'utiliser des tampons d'experts mis à sa disposition.

Plus récemment, 2 confrères, un parisien et une lyonnaise, m’ont raconté à quelques jours d’intervalles avoir été ainsi sollicités par des commerciaux d'agences différentes.

On peut donc malheureusement en conclure que le phénomène n'a rien d'une rumeur sans fondement.

C’est pourquoi nous avons décidé de lancer une étude. D’éventuels experts participants à de telles malversations ne vont certainement pas lever la main, par contre on peut quantifier la situation en mesurant le nombre d’experts sollicités. Nous venons de mettre en ligne un sondage, d’une seule question, à ce sujet : Sondage "prêt de tampon"


Les commentaires sont réservés aux abonnés